Déjà bien connue du temps des Romains elle avait une importance conséquente dans la région et servait à alimenter la ville  de Novioregum distante  de 4 km disparue fin du 3éme siècle. Au moyen âge il y avait un moulin directement sur la source, fait rare, avec un petit hameau aujourd’hui disparu. Dans des temps plus rapprochés les éleveurs venaient puiser de l’eau avec des tombereaux pour abreuver le bétail.

En 1955 la source fut déclarée d’intérêt public, alors qu’elle appartenait au minotier qui fut exproprié et sur le site fut installée une station de pompage pour l’alimentation  humaine. Lors des travaux il fut trouvé des pièces  de monnaie romaine.

 

Le débit de la source varie de 2000 à 4000 m3/h.

 

Quand un hydrogéologue parle de la source..... 

L’eau de Chauvignac provient du bassin versant hydrogéologique de la Seudre sur lequel se développent les calcaires perméables du Turonien et du Coniacien. Ces couches s’ennoient vers le Sud Ouest, sous le fleuve Gironde. Les fractures bordant l’estuaire permettent la remontée de l’eau d’environ 150 m de profondeur jusqu’à la surface . La goutte d’eau qui tombe peut mettre plusieurs centaines d’années avant d’arriver à la source mais ce cheminement peut être court-circuité par les réseaux karstiques superficiels (gouffres, pertes, dolines…) qui permettent le transit rapide de l’eau de surface en quelques jours.

Jacques LEPINE chef de service hydrogéologie Syndicat des eaux

.